• V

     

    Quand Pomme rentra chez elle, il était 13 heures passé, et son repas reposait dans une assiette recouverte par une autre. Juliette était assise dans la canapé et caressait Sel, qui paraissait détester l'opération.

    « Qu'est-ce que c'est que ça ? fit son père en guise de bonjour, les yeux rivés sur sa poitrine.

    Pomme regarda le collier triangulaire.

    - Ah, ça ? Je l'ai trouvé dans la rue.

    - Enlèves-le tout de suite.

    - Heu... Non, c'est mon collier, je le garde, se défendit Pomme.

    - Enlèves-le tout de suite ! hurla Vertox.

    - Non !

    Pomme sentit soudain son crâne la brûler comme jamais encore. La douleur la transperça comme une flèche empoisonner, et un instant, elle crut que c'était la voix qu'elle entendait depuis ce mâtin qui revenait en force. Elle se prit la tête entre les mains, comme si ça pouvait changer quelque chose ; et elle remarque que Vertox était plié en deux.

    - Aïe ! Rodiz ! appelait-il, affolé.

    C'est moi qui ai mal, pas toi, pensa Pomme, mais à cet instant-ci, Vertox eut un soubresaut.

    - Rodiz ! appela-t-il encore.

    - C'est bon, c'est bon, je suis là ! fit Rodiz. Qu'y a-t-il ?

    - Elle... Ne veut pas... Enlever... Le collier... hoqueta Vertox.

    Rodiz jeta un seul regard au collier triangulaire avant de détourner le regard, troublée. Elle raccompagna Vertox jusqu'à sa chambre en lui chuchotant fébrilement : « C'est bon, ça va aller, ce n'était qu'une offense médiocre, elle n'a aucun pouvoir... »

    Vertox entra dans la chambre ne gémissant. Pomme jeta un coup d'œil à sa sœur. Sel était partie, et Juliette l'observait, comme si elle assistait à l'une de ces pièces de théâtre qui lui plaisaient tant.

    - Toi ! » fit Rodiz en se retournant. Elle regarda Pomme droit dans les yeux, et leva le bras droit dans sa direction.  « Enlèves ce collier.

    Pomme sentit qu'une force la poussait à obéir, et elle ne put pas résister. C'était comme si la voix dans sa tête lui disait « Vas-y, obéis, il n'y a pas de danger... » Elle enleva le pendentif et le tendit à sa mère en pensant qu'elle l'aimait bien.

    - Ah, enfin ! » s'exclama Rodiz en le lui arrachant des mains.

    Et elle rejoint Vertox sans un mot.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 10 Février 2013 à 20:07

    J'aime bien, l'histoire avec le collier m'intrigue. ^^

    2
    Samedi 16 Février 2013 à 16:13

    Merci :)

    3
    Samedi 16 Février 2013 à 17:22

    De rien :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


t>