• chapitre XIII

     

    Cléo avait beau ne pas avoir eu de mal à croire à l'existence des gobelins et des centaures, le rêve qu'elle fit l'intrigua davantage.

    Elle était assise sur un sol dur en pierre rapidement taillée. L'endroit était trop sombre pour qu'elle puisse y voir quelque chose mais elle distingua un reflet violacé dans la pénombre au-dessous d'elle : des chaînes. Elle était enchaînée ! O.K., pensa-t-elle, j'y vais.

    Et elle secoua les chaînes.

    Celles-ci faillirent bien lâcher, mais ne s'y décidaient pas. Elles combattaient, encore et toujours, dans le but incongru de garder Cléo piégée entre leurs mailles. Cela l'agaçait grandement. C'était étrange, elle qui était d'habitude relativement modeste sentait une force monter en elle comme des bouffées d'énergie.

    Soudain elle entendit des voix qui semblaient parvenir de l'extérieur de la pièce. Elle s'arrêta et dressa l'oreille.

    « Il me semble important, Sire, disait une voix grave et flûtée, de constater la présente offensive de Dame Athéna, par les troupes indiennes...

    Un homme lui répondait d'un chuchotement fébrile, comme s'il se sentait épié ; et Cléo ne comprit pas ses paroles.

    - Oui, bien sur, répliqua l'autre, nous l'estimons plus qu'il n'en faut, mais peut-être faudrait-il s'en méfier ; on ne sait jamais, avec elle. Bref, les indiennes ont gagné du terrain, et si nous ne répliquons pas rapidement, ils vont nous envahir ! Je pense donc...

    - Mais, les indiennes ont attaqué la Grèce. Nous ne sommes donc pas concernés.

    - Je sais, je sais, Sire ! Mais les grecs ne feront pas le poids face aux indiens. Je veux dire... Depuis que les dieux ne sont plus là, ils ont perdu beaucoup de leur renommée passée... Après les avoir colonisés, les indiennes nous attaquerons nous.

    - Alors comme ça, dit l'autre d'une voix forte, vous insinuez que les grecs ne sont pas assez forts ? Et, pire encore, que je ne fais pas le poids face aux envahisseurs ?

    - Non, non, Sire, mais les indiennes sont puissantes, vous savez...Et puis, il faudra aux troupes un commandement, et dans l'état où vous êtes... Il faudra d'ailleurs penser à choisir votre descendance, n'ayant pas de fils...

    - Vous... Vous avez raison ; mais j'y réfléchirais plus tard, voulez-vous ?

    - Et pour les Indiennes ?

    - Quand elles seront là, - si, du moins, elles ont l'audace de venir – vous saurez quoi faire ! »

    Puis il partit, laissant l'autre homme seul. Cléo gigota dans ses chaînes. Il y eut un grincement, puis une porte s'ouvrit.

    Cléo dut ciller pour chasser les tâches de ses yeux ; mais malgré la soudaine clarté, elle eut du mal à distinguer quoi que ce soit de la silhouette grande et forte dans l'encadrement de la porte. Celle-ci lui décrocha un sourire glacial ; d'un banc éclatant.

    « Ah, Jaso... »

    Le rêve s'arrêta là.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mercredi 5 Septembre 2012 à 16:14

    Hey ^^

    Ca faisait longtemps ! Je reviens lire. ^^

    Je t'avoue que pour ce chapitre je suis restée sur ma faim. C'est court, trop court. Et comme tu as un assez bon style et que l'histoire est prenante j'aurais aimé pouvoir en lire un peu plus.

    Donc de ce que j'ai compris, Cléo est dans un cachot. Et attachée. Mais que ressent-elle ? De la peur ? Comment se sent-elle ? Elle a froid, faim ? Tu aurais pu faire une description plus poussée des lieux aussi, mais ce n'est qu'un plus. Il y aurait eu matière à étoffer, au niveau des descriptions et des ressentis du personnage. Ca aurait ajouté facilement de la longueur. Bon après c'est un rêve mais voilà quoi.

    Quant à cette phrase : Celles-ci faillirent bien lâcher, mais ne se décidaient pas.

    Que veux-tu dire ? Enfin je l'ai compris mais la construction de la phrase n'est pas très juste de mon point de vue, ça fait bizarre, comme s'il manquait un mot. Ne s'y décidaient pas serait plus juste je pense. ^^

    Bises

     

    2
    Samedi 8 Septembre 2012 à 21:21

    Salut =)

    Merci, merci pour ces conseils très objetifs ! A vrai dire, ce chapitre est un mixte de deux versions. Je l'ai réécrit en entier, mais comme la première version me plaisait également, je ne l'ai pas changée... enfin partiellement, sur le traitement de texte, je ne sais pas si tu vois.

    En relisant mon chapitre, j'ai compris ce que tu voulais dire. Enfin je crois, car la longeur est une manière de rendre le récit plus intéressant, et l'ambiance n'est pas là... Je vais donc revoir ce chapitre.

    Pour cette phrase ? Mouais elle est un peu bête d'accord. Je la modifie tout de suite.

    3
    Samedi 8 Septembre 2012 à 21:30

    Voili, c'est modifié =)

    Et un petit chat pour alléger le commentaire... J'ai essayé de la placer de façon à ce qu'il ne gène pas la lecture du com, mais à vrai dire, ce n'est pas simple...

    4
    Mercredi 12 Septembre 2012 à 20:25

    De rien. ^^ Le chat est trop choupi =3

    5
    Samedi 15 Septembre 2012 à 18:41

    Merci ^^

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


t>